Vendredi 16 juillet 5 16 /07 /Juil 13:14

Ca y est ! Les billets sont resrves pour ce dimanche 18 juillet. Nous decollons a 8 h 45 pour arriver a 17 h a Frankfurt, inch allah.

En attendant le retour a la maison, nous sommes alles visiter la ville de Lahore. Le depaysement est total. Avec 9 millions d'habitants, l'agitation, le bruit et le desordre sont permanants. Les rues grouillent de monde de jour comme de nuit. La ville est sale et puante. La chaleur est assomante avec des temperatures qui depassent les 40 degres en journee et qui baissent a peine la nuit.

juillet 6356

 

Photographier une ville comme Lahore est un exercice difficile. Le bruit, les odeurs et le mouvement permanent qui donnent toute l'ambiance n'apparaissent pas a l'image. Les ruelles sont pleines de petites boutiques ou l'on peut acheter toute sorte de choses. On peut choisir un telephone portable et acheter une poule juste a cote ! Lahore se situe a 30 km de la frontiere indienne, l'atmosphere y est certainement tres comparable.

 

 

juillet 6354  juillet 6357

  juillet 6352

Parmi tout ce desordre se cache quelques tresors. Les magnifiques mosquees avec leur cour a ciel ouvet sont des lieux tres paisibles et sereins.

Meme dans les grandes villes, les Pakistanais sont toujours aussi gentils. Ils aiment les touristes, ils sont serviables, tres polis et adorent bavarder avec nous.

Le Pakistan est un pays que nous avons beaucoup apprecie. Il rentre dans le top 3 aux cotes de la Turquie et de l'Ouzbekistan !

 juillet 6348 juillet 6350

 

L'aventure touche donc a sa fin. 11 mois de velo et presque 10 000 km au compteur. Un an de surprises, de liberte, de decouvertes, de paysages et de gens rencontres. Nous avons parcouru un petit bout du monde et nous sommes heureux de l'avoir fait a velo. Nous avons vecu les saisons et senti le depaysement lentement en nous eloignant de chez nous. Le bonheur d'avoir paratage cette aventure a deux et la gentillesse etonnante des gens qui ont croise notre route, rendent ce voyage inoubliable.

Vos nombreux messages nous ont rejouis. Ils nous ont aide a poursuivre et nous donnent aujourd'hui envie de rentrer pour vous rerouver, familles et amis. Il parait que la plus belle des destinations c'est la maison avec ses proches.... alors a tres bientot !!!

juillet 6347

 

 

Par Caro et Ben
Ecrire un commentaire - Voir les 28 commentaires
Jeudi 8 juillet 4 08 /07 /Juil 18:01

On s'est demande un moment s'il y avait des femmes au Pakistan. Dans un pays de 180 millions d'habitants, le 6eme pays le plus peuple du monde, ce serait etonnant qu'il n'y ait pas de femmes ! On a cherche dans les boutiques, les hotels, dans la rue, rien que des hommes ! Et puis on a fini par touver ou elles se cachent : accroupi dans les champs a ramasser le ble, dans les montagnes avec leur vaches, chevres et moutons et certainement dans leurs maisons. Elles existent et elles travaillent souvent bien plus que les hommes qui preferent faire la sieste. Elles sont cachees derriere leur long voile, vivent entre elles et se montrent peu. Le commerce, le loisirs, la vie sociale, les decisions sont reserves aux hommes. La femme garde les enfants, s'occupe de la maison et travaille dans les champs. La place de la femme varie toutefois selon les regions et l'education des familles. Dans la region du Nord Pakistan ou nous sommes, les femmes ne portent pas la bourka, le voile reste parfois sur les epaules et il est meme arrive a Ben de serrer la main a l'une d'entre elles. Nous vivons dans un univers d'hommes. Heureusement pour nous, ils sont pour la plus part tres gentils, polis, serviables.

juillet 6185       juillet-6194.JPG

                                                                                                                   Vous l'avez reconnu ?

                                                                                                  Cette femme a meme le droit de faire du velo

 

Apres une pause a Gilgit nous sommes alles a un festival de polo pas banal. Des equipes de 6 cavaliers s'affrontent chaque annee pendant 3 jours sur un des terrains de polo les plus haut du monde perdu a 3 800 metres d'altitude. Cette fete reunit plusieurs milliers de personnes venant a pied, en bus ou en Jeep surcharges. Les gens grimpent sur le toit, s'accrochent aux portieres et on a meme vu quelqu'un accroupi sur le parchoc avant !! Autour du terrain de polo, des dizaines de tentes et des stands en tout genre sont installees. L'ambiance est bonne et les gens de bonne humeur.  

 

juillet 6189

 juillet 6187

 juillet 6190

 

Ce festival etait une bonne recompense pour notre dernier col a velo. La route pour y acceder etait difficile et en tres mauvais etat, la pire de tout notre voyage. Ici les ponts sont rares et il faut souvent traverser les nombreuses rivieres en se mouillant les pieds. Au sommet nous avons plante la tente dans un decor de reve. La beaute du ciel etoile et la couleur des montagnes au reveil nous emerveillent toujours et nous manqueront certainement.

 

juillet 6184 juillet 6183

 juillet 6084 juillet 6182

 

 Dans quelques jours nous serons a Islamabad. Nous prendrons le bus car il n'est pas conseille de traverser la region conservatrice du Kohistan a velo ou les touristes ne sont pas forcemment les bienvenus. De la nous prendrons un avion pour faire en quelques heures ce qui nous a pris 11 mois a velo ! Nos billets ne sont pas encore reserves mais nous serons bientot rentres.

 

L'aventure continue, a tres bientot !

 

Par Caro et Ben
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Dimanche 27 juin 7 27 /06 /Juin 07:35

La route qui relie Kashgar (en Chine) a Islamabad (au Pakistan) est une des routes des plus spectaculaire au monde. Cette route, la Karakoram Highway (KKH) empruntee depuis des centaines d'annees par des caravanes de chameaux a ete ouverte a la circulation apres des travaux titanesques dans les annees 70. La KKH serpente entre les plus hautes montagnes et les plus longs glaciers du monde. C'est sur cette route que nous avons franchi le plus haut col de notre voyage a 4098 metres. Nous ne nous sommes pas attardes au sommet ou les flocons de neige commencaient a tomber. C'est en bus que nous avons franchi le col frontiere du Kunjerab (4730 m) interdit aux cyclistes.

juin 5870 juin 5986 juin 5872

                                                                                                                L'altimetre nous encourage dans les cols !

juin 5869 juin 5641

 

Cote pakistanais, le changement est radical. La route se transforme en piste et les autorites pakistanaises sont bien plus relax et accueillantes. Nous passons d'ailleurs notre premiere nuit en compagnie des gardiens du parc National qui nous invitent a planter notre tente dans leur jardin et a boire du the au sel comme il est de coutume ici. La KKH cote pakistanais est vraiment incroyable, en travaux perpetuels. La piste resisite peniblement aux assaults des montagnes et des rivieres. Au mois de janvier, un enorme glissement de terrain est venu bloquer la riviere emportant avec lui un village. Cette catastrophe a fait l'effet d'un bouchon dans cette gorge etroite. La riviere s'est progressivement transformee en un lac qui fait aujourd'hui 32 km de long. 5 villages sont sous les eaux.

juin 5874 juin 5877 juin 5880

                                                  La riviere s'est transformee en lac. Ca semble magnifique mais c'est un desastre ! 

                                                               Les gens sont reloges dans des tentes comme sur la photo.

 

L'armee a mis en place un service d'helicoptere pour assurer le ravitaillement des villages isoles en amont du lac et le transport des personnes. Comme il n'y a plus de route c'est en helicoptere que nous devons poursuivre. Dimanche 20 juin nous arrivons a l'heliport. Tout va tres vite. L'helico aterrit soulevant un nuage de poussiere. Nos saccoches sont chargees mais ressortent aussitot de l'appareil et l'helico repart sans nous. Que se passe-t-il ?

juin 5879"No permission" nous dit le chef militaire. Nous apprenons que depuis aujourd'hui le service d'helico ne prend plus les etrangers. Nous voila coince dans le petit village de Passu. Impossible de faire marche arriere, nous n'avons plus de visa chinois et impossible de continuer sans l'helico. Personne ne semble comprendre cette decision soudaine et innattendue dans la mesure ou les helicos arivent charges de nourriture et repartent tres souvent a vide. Nous passons 2 jours a parlementer aevc les autorites militaires. Javad, le chef est bien sympathique et fait son maximum pour obtenir cette permission. La situation semble etre bloquee et nous risquons d'etre coinces ici un long moment. En plus, depuis la catastrophe, les magasins sont quasiement vides, les restos rationnent et le prix de la nourriture a flambe. A trop attendre nous voila a cours d'argent, plus un rond pour payer la nourriture. La situation devient compliquee. Les gens du village et les militaires font tout leur possible pour trouver une solution a notre probeme et nous faire passer de l'autre cote du lac. Une idee un peu obscure qui consisterait a traverser le lac de nuit avec la police nous est proposee. L'idee de se retrouver sur un petit bateau la nuit avec la police (reputee corompue) ne nous emballe pas trop. Nous refusons ! Au 3eme jour d'attente, nous nous resignons a appeler l'ambassade de France. A notre grande surprise, ce coup de fil va debloquer la situation. Javad, le chef, vient nous annoncer la bonne nouvelle. Ca y est nous avons la permission d'embarquer. Nos saccoches sont chargees dans l'helico mais ne ressortiront pas cette fois-ci. 20 minutes pour survoler le lac, fin de l'histoire !

 

    juin 5875  juin 5876

 

Nous finissons cet article un peu long (courage on est presque au bout) pour vous dire que la region du Nord Pakistan est vraiment magnifique. C'est une region touristique, ideale pour les treks en montagne. La vie est bon marche (chambre double avec salle de bain pour 3 euros et repas copieux pour moins de 2 euros), les gens parlent anglais et sont d'une gentillesse incroyable. Chaque personne que l'on croise nous salue avec le sourire : "Hello, how are you ?".

Malheureusement depuis les attentats du 11 septembre 2001, le tourisme est en chute libre dans cette region qui est et qui a toujours ete tres paisible.

 

La fin du voyage approche doucement. Nous n'aurons plus assez de temps pour pedaler jusqu'au Nepal. C'est sans regrets. Nous profitons du magnifique pays ou nous sommes et c'est le plus important a nos yeux.

 

Caro et Ben, en direct du net cafe de Gilgit au Pakistan ou l'ordinateur fait un bruit de vieux frigo !

 

juin 5878

Par Caro et Ben
Ecrire un commentaire - Voir les 18 commentaires
Jeudi 10 juin 4 10 /06 /Juin 05:33

700 millions de chinois...et nous et nous  !

 

Nous voici en Chine ! Nous laissons derriere nous des cols kirghizhs pour de nouveaux cols chinois et retrouvons avec plaisir des routes en bon etat. La route kirghizhe qui nous a conduit jusqu'a la frontiere est en construction. Nous avons du roule au milieu des camions de chantier chinois et pris des douches de poussiere pendant plusieurs jours ! Apres avoir passe un col vraiement difficile a 3600 metres d'altitude nous sommes redescendus jusqu'au dernier village kirghizh de Sary Tash ou nous avons rencontre un cycliste allemand venant de Chine. Il a passe le col d'Irkechtam (col frontiere avec la Chine)  et l'etat de son velo et de ses habits ne nous ont pas encourage. La route est boueuse, enneige et vraiement mauvaise. Nous avons donc pris un camion pour passer les 15 km de piste desastreuse. Assis dans la cabine a faire des bonds a chaque bosse, nous etions bien contents d'avoir fait ce choix ! Arrives trop tard pour passer du cote chinois nous avons ete contraint de dormir dans le cafe / dortoir de la frontiere, repere des camionneurs. L'ambiance etait kirghizhe : regards stupides et insistants, rires idiots et repas mediocre.

 

 juin 5392 juin 5409

juin 5424 juin 5584

 

Le lendemain 3 juin nous passons la frontere avec l'envie d'un peu de changement. Nous y retrouvons notre ami Sylvain, marcheur francais rencontre a Samarcande.

La rigueur chinoise contraste avec les pays d'Asie Centrale. A la frontiere on ne plaisante pas. Le drapeau rouge s'agite, il faut s'arreter. Le drapeu vert se leve, on peut avancer. Apres avoir montre 5 fois nos passeports aux autorites et passe nos sacs aux rayons, notre visa est tamponne et nous voila cote chinois.

 

La route jusqu'a Kashgar est splendide. Nous traversons un desert ou les chameaux sont plus nombreux que les villages. Kashgar fut un carrefour important de la route de la soie. Son centre historique est malheureusement aujourd'hui menace par des projets immobiliers plus modernes. Il reigne toutefois une ambiance chaleureuse et vivante avec bazars et petits restos a chaque coin de rue. La region du Xinjiang est peuplee en grande partie d'Ouighours. Ils ressemblent a leurs voisins d'Asie Centrale, font la meme cuisine a base de mouton et leur langue appartient a la famille des langues turques. Les Ouighours representaient il y a encore quelques annees 90% de la population du Xinjiang contre a peine 50% aujourd'hui. Le gouvernement chinois a pousse les Hans (vrais Chinois) a s'installer dans la region pour freiner ainsi le desir d'independance des Ouighours.

 

juin 5586 juin 5587

juin 5588 juin 5593 juin 5589

 

Tout cela pour dire qu'on se debrouille pas trop mal pour faire nos courses dans les boutiques ouighoures ou l'on baragouine un melange de turco-ouzbeko-kirgisto-ouighour. Par contre lorsque nous allons au resto chinois c'est l'aventure. Pas la peine d'essayer de lire le menu et notre vocabulaire en mandarin se limite pour l'instant a bonjour, merci et riz....assez pour survivre !!

 

juin 5591 

Nous restons quelques jours a Kashgar dans une auberge de jeunesse pleine de voyageurs en tout genre. Parmi eux, un couple de cyclistes australiens, Adam et Cat, avec qui nous passons de tres bons moments et qui nous ont fourni de precieux conseils pour la suite de notre aventure.

Nous allons poursuivre la route en suivant la mytique Karakoram Highway qui va de Kashgar jusqu'a Islamabad au Pakistan. Toute la route ne sera pas faisable a velo. Cote chinois les autorites interdisent les cyclos de franchir le col frontiere avec le Pakistan haut de 4700 metres a velo. Nous devrons donc prendre un bus sur plusieurs km. Cote pakistanais, nous roulerons dans les zones securisees et n'irons pas dans les regions conservatrices ou le touriste peu etre mal accueilli.

La route promet de belles aventures encore...

 

Bises a tous.

Par Caro et Ben
Ecrire un commentaire - Voir les 28 commentaires
Jeudi 27 mai 4 27 /05 /Mai 16:03

Notre pause de 5 jours a Osh se termine. Notre colis que nous attendions est enfin arrive. A l'interieur, des guides precieux pour poursuivre l'aventure mais aussi 2 delicieuses tablettes de chocolat que nous n'allons pas porter longtemps dans nos saccoches ! Merci a Mumu qui assure comme une chef dans la logistique de notre voyage.

 

La Chine est a moins de 300 km de Osh meme si parler de kilometres n'a pas trop de sens. En effet, pour rejoindre la frontiere chinoise, il faudra passer 3 cols dont 2 a plus de 3000 metres d'altitude. Une portion de 90 km est une piste en mauvaise etat qui etait quasi impraticable a velo la semaine derniere a cause de la pluie qui l'a transforme en piste boueuse.

 

Une fois en Chine, nous rejoindrons la ville de Kachgar ou nous esperons pouvoir vous donner les prochaines nouvelles. La connexion internet n'est toutefois pas certaine dans cette region de la Chine. Dans la province du Xinjang, peuplee majoritairement de musulmans, l'acces internet est tres controle et censure par les autoritees chinoises. Si vous n'avez pas de nouvelles, pas de panique !

 

Sur la photo, vous verrez que nous avons adopte le style local pour se fondre dans la masse. Il nous reste plus qu'a cracher de gros molards pour etre des vrais kirghizhs !

 

Bises a tous ! mai 5303

Par Caro et Ben
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés